Pour une expérience de navigation complète, veuillez activer JavaScript dans votre navigateur.
FormesFormesFormes
Les Anciens des bâtiments FORBIN
Copyright © 2009 - All rights reserved.
Formes
Formes
forbin.jpgRuban tissu 2.jpgTorpilleur Forbin 1935.JPG
Le torpilleur FORBIN quitte TOULON fin 1934, photo extraite du forum "Forummarine.forumactif.com" Par le marché 2480A d'avril 1927, la construction du deuxième torpilleur de la tranche 1926 est attribuée à l'établissement des Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) mais pas au site de La Seyne sur Mer mais à celui du Havre, il prend le nom de FORBIN. (* voir l'anecdote un plus bas dans cette page). Celui-ci est mis sur cale le 29 juin 1927, lancé le 17 juillet 1928 et armé pour essais le 1er mai 1929. Il entre en armement définitif le 20 janvier 1930, la clôture d'armement est prononcée le 1er mai 1930 et son admission au service actif à lieu le 12 décembre 1930. Pendant la période d'activité du torpilleur, en particulier lors de la réorganisation de la Marine voulue par le ministre de la guerre Georges LEYGUES, le numéro de coque a changé 9 fois ! Il a porté les marques suivantes : 98 en 1930, 15 à partir du 01/08/1934, 12 le 01/01/1935, 3 le 01/09/1936, 92 le 23/05/1938, 91 le 01/08/1938, T91 le 01/09/1939, T92 le 01/01/1940 et enfin T32 le 31/05/1940; pour ce dernier marquage encore faut-il préciser qu'il a été blanc, puis rouge brique et enfin beaucoup plus discret avec une hauteur de 64 cm ! Chose courante pour les bâtiments à cette époque, mais les réglements OTAN ont été appliqués depuis fin 1945...
Le FORBIN disposera à la fin de sa carrière, de trois canons de 130mm, un canon de 40mm, dix canons de 20mm, deux mitrailleuses Browning de 12.7mm et deux affûts quadruples de 7.5mm ainsi qu'un armement ASM composé de deux grenadeurs de sillage et de quatre mortiers Thornycroft.
2 anecdotes à propos de ce torpilleur : - Il devait s'appeler Flamboyant, avec un nom commençant par "F" comme ses sister ships du budget 1926, tels que Fortuné, Foudroyant et Fougueux. Seulement "Le Flamboyant" était aussi le nom d'une maison de tolérence à Toulon et l'amirauté n'a pas voulu subir les moqueries que ce nom attirerait immanquablement !!! Dans l'urgence, et comme le nom de Foch était attribué, il a donc été baptisé Forbin, ce sera d'ailleurs le seul torpilleur portant un nom d'homme célèbre ! En fait, il y aura même un sister ship baptisé Le Mars, comme le vaisseau de 54 canons sur lequel le Comte de Forbin commandait une escadre de 12 bâtiments en 1707. Un coup double en somme ! - La seconde est le nom d'un officier à bord de 1936 à 1939 qui a choisi de reprendre le combat et ne pas subir l'affront de l'armistice en quittant le bord pour rallier les USA. Il s'agit du L.V. Pierre IEHLE que les marins du D635 (et du De Grasse) retrouveront en 1971 à Mururora et Papeete somme VAE commandant le G.O.E.N. !!! (Source : Ecole Navale) Un fait d'armes peu banal : Le 17 octobre 1944, le torpilleur d'escadre quitte Toulon pour rejoindre sa zone d'opération où il doit assurer la protection de six dragueurs de mines au large de San Remo. L'opération est suspendue le 19 mais est reprise le 20 avec huit dragueurs. Il est pris pour cible par les batteries côtières allemandes et le torpilleur riposte avec ses trois canons de 130mm à partir de 11h41. Une grande explosion est vue à 11h50 et le tir suspendu à 12h00 après avoir tiré 179 coups sans incident. L'équipage du torpilleur peut voir une série d'explosions qui provoquent un immense panache de fumée noire, il s'agit d'une erreur de tir, les batteries étant seules visées... (Nota : Le marché aux fleurs sera entièrement détruit ainsi que plusieurs immeubles proches) Le duel repart à 12h05 entre les torpilleurs et les batteries côtières. Le Forbin est gêné dans ses manœuvres par la présence des dragueurs. La situation se complique avec une quatrième batterie fort précise à partir de 12h19, mais elle cessera son tir au bout de quelques salves. Libéré de la protection des dragueurs, le Forbin peut tirer pendant plusieurs heures jusqu'à 16h19 quand il est relevé à 16h19 par le destroyer américain USS Jouett et ralliera le croiseur Montcalm en baie de Saint Tropez. Ce n'est que 34 ans plus tard, après une enquête minutieuse de l'Amiral H. Pierre Duplaix et M. P. Diebolt, que la raison de cette explosion fût connue. Le bâtiment touché par les obus de 130mm du Forbin, la Halle aux Fleurs de San Remo abritait 48 vedettes explosives, 6 vedettes d'assaut, 1 vedette lance-torpilles. Ces armes spéciales devaient attaquer les navires alliés au mouillage. Un exploit involontaire mais brillant et surtout tellement important pour avoir permis de sauver plusieurs unités ! Source : Les torpilleurs de 1500 tonnes du type L'Adroit par Marc SAIBENE. Marine Editions
Bref historique
Ci-contre, voir l'historique du torpilleur en fin de page de cette série de trorpilleurs dits "de 1500 tonnes"...
Caractéristiques et bref historique du torpilleur d'escadre (1930-1952)
Le torpilleur FORBIN au neuvage fin 1930
Le torpilleur FORBIN à quai en 1934
Le Torpilleur FORBIN au mouillage en 1937
Le torpilleur FORBIN en mer en 1938
Le torpilleur Forbin au mouillage en 1940
Le torpilleur Forbin en mer en 1944
Ci-dessus, 6 profils à télécharger en grand format (A3)
Le torpilleur ayant été mis en réserve dès 1947 puis retiré du service actif en 1952, nous ne connaissons pas d'anciens de ce bâtiment. Pourtant, son histoire est intéressante car il a connu quelques faits d'armes qui méritent d'être connus...
Insigne (c) Daniel BONNERUE avec son autorisation
insigne_torpilleur_FORBIN_ombré.pngDétails Torpilleur Forbin.jpg
Des V.I.P. à bord en 1943 !