Pour une expérience de navigation complète, veuillez activer JavaScript dans votre navigateur.
FormesFormesFormes
Les Anciens des bâtiments FORBIN
Copyright © 2009 - All rights reserved.
Formes
Formes
forbin.jpgRuban tissu 2.jpg
Sister ship et tête de la série de bâtiment qui ont formé un temps la 8ème DEE au sein de l'Escadre Légère à Brest...
Les 4 vies de l'Escorteur d'Escadre DUPERRE (1956 - 1992)
2 - Bâtiment d'expérimentation (1966 - 1971) En 1966, le Duperré va être refondu en bâtiment d'expérimentation à Toulon, nouveau port-base à partir du 1er octobre. La Marine poursuit ainsi des recherches sur les sonars à basse fréquence et à grande profondeur. Deux énormes treuils sont mis en place pour les 1300 mètres de câble du sonar et un autre de 700 mètres pour le bathythermographe et du matériel océanographique afin d'étudier la propagation des ondes dans des eaux de salinité variable jusquà 3000 mètres de profondeur. Tout l'armement est intégralement déposé et les radars sont simplifiés. Les essais débutent en mars 1968 et seront terminés en juillet 1971, ceux-ci ont été satisfaisants, mais monotones comme ceux de tous les bâtiments expérimentaux. Lors de cette période il y aura beaucoup de sorties d'essais, trois escales à Ajaccio, une à Valence et trois autres à Nice réparties en 1968, 1969, 1970 et 1971. Au début de l'année 1970, il participera à la recherche du sous-marin Eurydice, disparu tragiquement le 4 mars au large de Saint-Tropez, avec d'autres bâtiments de l'escadre. Une campagne spéciale d'essais mènera le Duperré dans l'Atlantique avec 2 sorties en juin et en juillet 1970 au départ de Brest, le retour vers Toulon se fait avec deux escales à La Pallice et Leixoes. De retour à Brest le 23 juillet 1971, le Duperré va être ensuite refondu en bâtiment de commandement et anti sous-marin pendant près de 2 ans...
1 - Escorteur d'escadre (1956 - 1966) Le premier des T53 qui sera baptisé DUPERRE est mis sur cale à Lorient le 2 novembre 1954, sa coque est mise à l'eau le 2 juillet 1955. Son achèvement à flots sera terminé à la sortie de la forme à partir du 23 juin avant sa première sortie à la mer le 17 septembre. Ses essais officiels, après avoir embarqué ses munitions à Brest, débutent le 6 avril 1956 jusqu'au 7 septembre. Après une première escale à La Rochelle, sa ville marraine, le bâtiment effectue alors sa traversée de longue durée qui le conduira à Toulon, son premier port-base où il arrivera le 8 octobre, date de son entrée effective au service actif. Le Duperré est admis au sein de la 1ère F.E.E. en temps que chef de division avec le Surcouf, le bâtiment amiral conducteur de flottille est le vénérable Châteaurenault (ancien croiseur léger italien). Le Duperré est affecté à Brest à compter de son arrivée le 4 décembre 1963, chef de la 8ème D.E.E. à la place du Forbin. La division comporte également les escorteurs Guépratte, Casabianca et Dupetit Thouars.
3 - Bâtiment de commandement ASM (1971 - 1978) La refonte du Duperré en bâtiment anti sous-marin porte hélicoptères débute avec son désarmement à Brest le 23 juillet 1971, il est affecté dans ce port-base à compter du 1er août. Par rapport aux 5 T47 refondus puis réadmis entre 1968 et 1970, il y aura une grosse différence dans la mesure où l'on embarque un hélicoptère Lynx très supérieur au planeur Malafon et les missiles mer-mer Exocet MM38 au lieu du lance-roquettes ASM. L'équipement de contre-mesures est réalisé, les transmissions et éléments de guerre électronique sont modernisés. Cette installation sert notamment à tester et valider les équipements qui seront mis en place sur les futures frégates du type Georges Leygues. Il est décidé aussi que le Duperré remplacera le Cassard comme navire-amiral, les aménagements intérieurs doivent tenir compte de l'installation d'un amiral et de son état-major de 25 personnes. La présence à bord d'un hélicoptère embarqué nécessite du personnel spécialisé, c'est donc comme sur un porte-aéronefs que 11 personnes de la spécialité aéronavale seront embarquées. Il s'agira de celui de la flottille 31F de Saint-Mandrier, puis de la 34F de Lanvéoc-Poulmic. Les opérations en mission dans le golfe Persique lors de la guerre en Irak en 1991 justifieront le bien-fondé de cette configuration. Au cours de cette période, 196 navires ont été contrôlés ou déroutés et 2400 conteneurs contrôlés par les Commandos Marine embarqués à bord pour l'occasion.
4 - Le rescapé (1978 - 1992) A la suite de quelques modifications durant les 6 derniers mois de l'année 1977, le Duperré appareille pour essais le soir du 11 janvier, avec une cinquantaine de techniciens de l'arsenal, dont une marche à grande vitesse avec 4 chaudières. Le temps est épouvantable, la mer forte à très forte lors du retour le lendemain dans la nuit. Après une erreur de navigation puis une rectification trop tardive, le bâtiment touche un haut-fond au large de l'île de Sein alors que les machines tournent à 250 t/min. La machine arrière est brutalement arrêtée lorsque l'hélice bâbord touche le récif et la ligne d'arbres est tordue, ce qui entraîne la casse des rotors des turbines ainsi que celle du réducteur bâbord (engrenage de plus de 3 mètres de diamètre). Ensuite, les 4 compartiments machine sont rapidement envahis par l'eau à cause dune brèche de plus de 35 mètres et le bâtiment doit être partiellement abandonné après le lancement d'un message d'alerte pour les secours. Heureusement, il n'y aura aucune victime, et le navire ne coule pas ce qui permettra de le remorquer vers Brest. Après une longue hésitation à cause des dommages subis, sa remise en état est tout de même décidée. A cela deux raisons ont du peser sur cette remise en état : le bâtiment a déjà été refondu de façon très importante et de manière unique pour un escorteur d'escadre qui sera le seul de ce type, ensuite le La Bourdonnais, sister ship exactement du même type, désarmé définitivement depuis novembre 1977, va fournir une grande partie des pièces nécessaires à la reconstruction. Ces longs travaux vont durer pratiquement deux ans. Le Duperré peut être donc considéré comme un rescapé pour ces raisons, mais il va continuer à servir activement pendant pratiquement douze ans encore à partir de janvier 1980...
Extraits recueillis par J. MARQUET à bord en 1970, d'après le livre Escorteurs d'Escadre de J. MOULIN & R. DUMAS paru chez Marine Editions.
EE Duperré origine.jpg
Le DUPERRE en 1963 Photo (c) Marine Nationale
Duperré bd experim.jpg
Le DUPERRE bâtiment d'expérimentation à Toulon en 1970. Photo © F. LECALVE - netmarine.net
Duperré Toulon.jpg
Le DUPERRE à Toulon en 1991 (c) Bruno Malatesta